Cartographier la droite de la droite (1/2)

Making-of de la cartographie et de l'application permettant de comprendre la complexité des familles d'extrême droite sur Internet.

par Alexandre Léchenet Le 24 mai 2011

aucune réaction
facebook share mail email A+ A-

À propos de l'auteur

Journaliste et data-journaliste. Je suis @alphoenix sur Twitter et j'ai un blog. J'aime les data, faire des graphiques, les chats et l'Internet.


Sur le même sujet

première partie du making-of sur l’application “Les familles de l’extrême droite

Depuis quelques mois maintenant, je souhaitais essayer d’observer comment les “légions de l’extrême-droite” s’organisaient sur Internet. Le principe d’une cartographie est vite apparu un bon moyen de représenter les liens qu’entretiennent ces sites entre eux, de voir quels sont leurs sites de références ou leurs influences.

La collecte des informations et la cartographie a été réalisée avec Olivier Clairouin, étudiant à l’ESJ dans le cadre de leur projet de première année sur les extrêmes en Europe, visible sur Trans Europe Extrêmes.

La méthodologie est plutôt simple. Grâce au Navicrawler, nous explorons une cinquantaine de sites et gardons en mémoire les liens qu’ils ont les uns avec les autres. Tout le principe de la cartographie repose sur un postulat de départ :

Établir un lien hypertexte avec un site est un signal fort, surtout si le lien est réciproque.

Après deux ou trois passages des sites dans Navicrawler, la liste des sites visités et triés est passée à 377 sites. Il faut envisager ces sites comme un terrain dont on ne cesse d’élargir la frontière. La frontière de ces sites peut-être aussi extensible que possible, et il faut à un moment faire un choix, pour éviter de se retrouver avec tout l’Internet sur la cartographie. Ce choix intervient de manière non-automatique.

En fonction des liens entrants, des liens sortants et de la thématique du site, les sites sont sélectionnés ou non dans la cartographie. Pour une problématique aussi clivante que l’extrême droite, le souci est que les personnes présentes sur la carte ne seront pas souvent prête à être qualifiée “d’extrême droite” et que la frontière est, dans la tête des gens, nettement marqué entre qui est d’extrême droite et qui ne l’est pas.

Il semble que dans cette cartographie, les différents blogs, sans être tous d’extrême droite, partagent des liens, et des idées avec d’autres personnes plus d’extrême droite.

Une fois cette liste finalisée et les blogs circonscrits, nous avons exporté le fichier gdf dans Gephi, logiciel de cartographie. Grâce à l’algorithme Force Atlas, les différents sites sont répartis dans l’espace pour rapprocher ceux qui sont le plus liés et éloigner ceux qui ne sont pas liés.

Ensuite, un algorithme, Modularity, permet de classer les différents site en plusieurs catégories, rassemblant ceux qui s’échangent le plus de lien les uns avec les autres. Permettant de ne pas avoir à distinguer dans un discours à quelle “famille” se rapporte son auteur, il facilite le tri et l’automatise.

Ensuite, une autre fonction change la taille des cercles en fonction du nombre de liens entrants.

Ce qui donne la cartographie suivante.

Suivez nous sur Twitter